Entreprenariat, Management & Co

Infos

Article écrit le 12 oct 2017

Manage-toi toi-même ! Les 5 obstacles intérieurs à l’efficacité managériale

manager en rageCombien de managers prétendent exercer correctement leur mission voire même se prévalent du statut de leader alors qu’ils ne savent pas se gérer eux-mêmes ?
Tous les outils et tous les efforts de communication seront vains si nous ne parvenons pas à surmonter ces 5 obstacles intérieurs.

1- Mauvaise gestion du stress

En cas de coup dur, l’incapacité à canaliser ses émotions négatives envahissantes peut transformer n’importe qui en boule de stress dévastatrice qui balaye tout sur son passage. Une situation de crise est déjà anxiogène mais le niveau de tension induit par celui qui ne sait pas gérer son stress est délétère pour le collectif. J’ai en tête un ancien dirigeant d’un cabinet de conseil qui prônait les pratiques relationnelles bienveillantes en conférence et qui paralysait le pool des assistantes le lendemain lorsqu’il débarquait comme une furie dans ses bureaux. Dans un autre registre, le stress peut paralyser les facultés de décisions et de communication d’un manager qui perd alors les pédales.

2- Déficit de confiance en soi

De nombreux comportements complètement surréalistes prennent leur source tout simplement dans un déficit chronique de confiance du manager. Les stratégies qu’il adopte alors sont de piètres rustines pour masquer sa fragilité intérieure. Les signes visibles à ce niveau : vouloir s’attribuer les honneurs à la place des autres, l’incapacité à faire grandir ses équipes, la maladresse qui peut blesser, l’absence d’altruisme. Le manque de confiance en soi nous fait souffrir et nous rend peu disponible aux problématiques des autres.

3- Impulsivité

Je dégaine d’abord et je réfléchis ensuite. L’impulsivité traduit une incapacité à inhiber une réponse automatique. Normalement, notre cortex préfrontal a appris à générer cette inhibition. Quand nous sommes fatigués, cette capacité diminue. Pour certains d’entre nous néanmoins, ce seuil est plus bas et les comportements agressifs surviennent régulièrement. On y retrouve d’ailleurs une grande partie des facteurs favorisant le mal être au travail. L’impulsivité liée au stress peut également donner lieu à des décisions hâtives sans prise de recul.

4- Incapacité à oser dire les choses

Les exemples de managers agressifs sont spectaculaires et nous comprenons facilement comment ils peuvent démotiver leur troupes. Cependant, une autre catégorie est tout aussi démotivante au quotidien : la catégorie des managers qui n’osent pas dire les choses. Leur manque de courage fait pourrir les situations et entretient les malentendus. Leur incapacité maladive à trancher et à dire non est un dynamiteur de cohésion.

5- Ego surdimensionné

En cultivant un sentiment de supériorité, les managers handicapés par cet obstacle ne laissent pas de place à l’altérité. Dans un rapport de dominance, ils négligent l’apport de leur équipe. Ils peuvent avoir souvent raison mais leur influence est un monopole d’état qui écrase toute diversité. Narcissiques, ils passent trop de temps à s’aimer eux-mêmes pour pouvoir s’intéresser sincèrement aux autres.

Pour avoir accompagné quelques managers, je constate que la priorité pour progresser est d’abord se connaître et savoir gérer son stress. Dès lors, en paix avec soi-même et l’esprit clair, il est plus facile de se positionner avec son équipe en utilisant éventuellement des techniques de management. La logique de l’être prévaut donc largement sur celle du faire en la matière. Plus j’avance, plus j’intègre dans les formations au management des séances de travail sur soi et sur son mental. Connais-toi toi-même, lisait-on sur l’entrée du temple de Delphes. On devrait écrire en tête des manuels de management : manage toi toi-même.